Edgar Chaput

Président & Co-fondateur de Perfarmer

Chez Perfarmer, on vous dit tout. Cette semaine, je vous raconte comment on a construit  lapplication mobile en sortant les agriculteurs de leur tracteur pour les mettre au produit.

L’histoire commence l’été dernier.

Au lendemain du sacre des bleus, je prenais le TGV pour Agen, puis un Drivy pour silloner les routes du Gers. J’avais un niveau “Potager sur balcon” en agriculture mais l’envie folle de construire un produit vraiment utile. J’ai interviewé une vingtaine d’agriculteurs, utilisateurs de la première version de Perfarmer : un logiciel qui leur permet de gérer leur exploitation (coût de revient, traçabilité, simulation d’assolement, etc). Le genre de logiciel en SaaS qui fait vraiment rêver sur le papier tout chef de produit.

Sur le papier, oui…

Car les conclusions des interviews étaient unanimes. Au bout de quelques mois, aucun agriculteur n’y retourne régulièrement : c’est trop compliqué, ils n’aiment pas y aller, ils ont l’impression d’être toujours en retard sur les données à saisir. Ils décrochent. Aïe, aïe, aïe.

témoigange-cecile

En bonne élève des méthodes dites de “User Research” et portée par un accueil exceptionnel des Perfarmers, j’ai profité de ces interviews pour :

  • Construire nos “Personae” : les profils de nos agriculteurs cibles
  • Construire pour chaque Personae la “Journey Map” qui retrace le parcours laborieux d’un agriculteur qui vend sa récolte

journey-map-1

J’alimentais quotidiennement une “Rainbow Analysis” qui a fait bien mal aux yeux à mes associés,  mais nous a permis de creuser leur problème numéro 1 : la commercialisation.

Rainbow-Analysis

Je vous passe les heures de podcasts à ré-écouter avec toute l’équipe ces échanges riches et chaleureux, pour vous partager la conclusion :

Nous allons construire une solution qui aide l’agriculteur à sortir de l’enfer de la commercialisation.

Et cette solution sera mobile car l’agriculteur y est bien plus que sur son ordinateur….

Et ses doigts ne sont pas si gros que ça 🙂

La suite se passe derrière mon écran avec un seul objectif en tête : dessiner rapidement cette solution pour retourner voir les agriculteurs avec quelque-chose. Très rapidement même, car plus je creusais le sujet, plus je perdais confiance.

Rentrer dans le mondes des marchés et parler à des experts vous fait vite perdre la tête. Nos agriculteurs ne sont pas des traders et on construit pour eux, alors, encore une fois, on a rangé nos manuels et on est reparti sur le terrain pour leur présenter le “Storyboard”.

C’est à dire raconter une histoire et questionner leurs réactions.

Et c’est comme ça qu’on a trouvé le fil conducteur : une appli pour les aider à créer leur stratégie de commercialisation et l’exécuter.

storyboard-1

Et puis, c’est parti pour le prototypage.

En imaginant les écrans on a toujours l’envie d’en faire un peu plus, au cas où ça ne soit pas assez. Faire simple seuls, enfermés dans un espace de coworking à Paris ? Impossible.

prototypage

C’est grâce aux tests du prototype avec les agriculteurs que l’on a vraiment réussi à simplifier l’expérience. 8 tests sur un prototype manipulable ont permis de se débarrasser des fonctionnalités parasites.

test-prototype

Pour enfin arriver à une seule fonctionnalité clé : créer des alertes de prix.

C’est tout ?

à entendre avec mille échos.

Oui, c’est tout.

Au passage, on a travaillé sur l’identité de Perfarmer, car ils me l’ont tous dit : “on se réveille à l’aube avec des paysages magnifiques, qui changent chaque jour de l’année, et vous nous imposez ces pixels vert affreux gravés dans le marbre.”

identité-1

Puis, nous sommes passés du prototype en noir et blanc, à une version colorée et affinée de l’interface.

design-interface

Pascal – notre directeur technique – a transformé ce prototype en une vraie application. Et, on est retourné voir les agriculteurs avec la version “beta” pour valider qu’ils arrivaient à tout faire tout seul, avec le sourire, et l’envie d’en être.

On a encore simplifié et corrigé les quelques couacs d’interface (ceux que tu ne vois qu’en situation réelle).

Les feux étaient alors au vert. Directions les stores : Google Play et App Store.

Le lancement s’est passé au SIA et au SIMA, avec un panel riche d’agriculteurs que j’ai attentivement observé manipuler l’application. Encore plus d’agriculteurs au produit 🙂

La cerise sur la gâteau !

On revient du salon avec des retours riches qui vont nous permettent de continuer à construire le meilleur produit du monde pour les agriculteurs, et surtout, vous l’avez compris, avec eux.