Edgar Chaput

Président & Co-fondateur de Perfarmer

Dans la plupart des coopératives et négoces agricoles, l’agriculteur qui souhaite vendre son blé dispose de 3 options : se rendre physiquement au silo, passer un coup de téléphone ou envoyer un SMS à son technicien.

Pourtant, plusieurs Organismes Stockeurs ont récemment décidé de s’équiper d’une application mobile pour diffuser leurs cotations à leurs agriculteurs et leur permettre de contractualiser depuis leur smartphone.

Alors, simple effet de mode pour surfer sur le caractère innovant et moderne des apps ou véritable révolution destinée à mieux piloter sa collecte ?


Dématérialiser pour gagner en productivité

C’est une réalité bien connue des agriculteurs : les technologies vieillissantes utilisées par les coopératives et négoces agricoles rendent les ventes de céréales lentes et difficiles. Le chemin est long et semé d’embûches :

  • Information ☎️: Récupérer les cotations de ses coopératives et négoces à travers une multitude de supports (Extranet, Emails, SMS, voire même appels téléphoniques)
  • Négociation 🤝: Passer des coups de téléphone, envoyer des SMS ou se rendre physiquement chez ses Organismes Stockeurs pour trouver un accord.
  • Contractualisation 💰: Attendre que l’OS génère le contrat (après bien souvent rédaction d’un bon d’achat papier par le technicien, transmission au service exécution pour enregistrement dans l’ERP…) puis l’envoie pour signature (ou pas… laissant l’agriculteur sans preuve de l’accord) avant de procéder au règlement !

Évidemment, les faiblesses du système actuel coûtent cher à l’Organisme Stockeur et réduisent le prix payé à l’agriculteur. 

Dans l’activité risquée et à faible marge de commerce des grains, le défi pour tout négoce ou coopérative agricole est donc d’améliorer sa productivité en automatisant un maximum de tâches à faible valeur ajoutée et de libérer du temps aux équipes terrain pour offrir le meilleur service possible aux agriculteurs.

Le e-commerce pour gagner des parts de marché

Les demandes évoluent vite : confort, autonomie, transparence… sont les maîtres-mots de l’agriculteur de demain.

Pour fidéliser ces agriculteurs performants et continuer à gagner des parts de marché, les Organismes Stockeurs n’ont d’autres choix que de moderniser leur fonctionnement et s’orienter vers les nouvelles technologies.

La rentabilité d’une exploitation passe avant tout par une bonne commercialisation des récoltes et l’agriculteur privilégiera toujours l’OS capable de l’aider à sécuriser le résultat de sa ferme.

Pour satisfaire ces nouvelles exigences, l’OS doit donc permettre à l’agriculteur de :

  • Accéder simplement et en continu à ses cotations sans avoir à appeler tous les jours son technicien
  • Pouvoir contractualiser quand il le souhaite (pendant les heures d’ouverture des marchés mais aussi avant d’attaquer sa journée ou le soir en rentrant des champs) et quel que soit l’endroit où il se trouve (au bureau, à son domicile ou sur le tracteur)
  • Suivre facilement ses ventes sans avoir à contacter son interlocuteur pour savoir si le contrat a bien été exécuté ou le paiement réalisé.

Le Smartphone : nouveau couteau suisse de l’agriculteur

Le boom du e-commerce porté par des agriculteurs à la recherche de prix attractifs mais aussi de confort rend la dématérialisation du commerce des grains inéluctable…
Néanmoins, une autre tendance de fonds est à considérer… le mobile ! L’agriculteur ne veut pas seulement vendre ses récoltes sur Internet, il souhaite le faire depuis son smartphone. En 2019, 62% des agriculteurs disposaient d’un smartphone et avaient déjà installé au moins une application mobile agricole, notamment de cotations marchés et de vente en ligne (Source : Terre-net Média). Pour la plupart des agriculteurs, allumer son ordinateur pour vendre ses récoltes sur l’Extranet de sa coopérative après une journée dans les champs relève du parcours du combattant. 

L’agriculteur est le travailleur “mobile” par excellence et exige désormais d’avoir l’information à portée de main.


N’importe quel publicitaire le sait : la répétition fait vendre (Source : Les Echos). L’agriculteur qui consulte quotidiennement les cotations d’un OS a donc plus de chances de lui vendre ses récoltes.  

Le smartphone est l’appareil le plus utilisé par les agriculteurs pour consulter les cotations pendant les heures d’ouverture des marchés et la mobilité est par conséquent devenue une question centrale pour n’importe quel OS souhaitant optimiser sa collecte.

Retrouvez dans notre prochain article les questions à se poser avant de se lancer dans l’univers du mobile 📱!