Edgar Chaput

Président & Co-fondateur de Perfarmer

Jusqu’à un passé récent, acheter des céréales consistait pour bon nombre de techniciens à aller boire un café chez un agriculteur, discuter des marchés avant de rédiger un bon d’achat pour un lot de blé ou de maïs. 

Mais l’émergence d’agriculteurs de plus en plus connectés, informés et exigeants a complètement chamboulé cette relation agriculteur-technicien. 

De plus en plus de techniciens s’équipent désormais d’applications mobiles comme Perfarmer pour répondre aux attentes nouvelles de ces agriculteurs.

À quoi ressemble donc la vie de ces techniciens 2.0 ? 

Diffuser facilement ses prix d’achat en temps réel

Face à une forte volatilité des marchés agricoles, les agriculteurs souhaitent désormais accéder facilement aux prix de leurs coopératives et négoces et pouvoir profiter d’une hausse du marché au sein d’une même journée.

Jusqu’à présent, la plupart des techniciens tentaient de rappeler les agriculteurs vendeurs entre 2 RDV pour communiquer un prix ou envoyaient quand ils le pouvaient des SMS à une liste d’agriculteurs rarement à jour… 

« Mais les marchés ne dorment jamais ! Avec Perfarmer, je suis sûr que les agriculteurs ont accès à mes prix à tout moment. Offrir plus de réactivité m’a permis de fidéliser certains agriculteurs mais aussi d’augmenter mes parts de marché chez des agriculteurs partageurs. » rapporte Damien, technico-commercial dans une coopérative du Nord de la France. 

« Je ne reviendrai pas en arrière ! » abonde son collègue Mickaël.

Accompagner efficacement ses agriculteurs

Dans un contexte de compétition accrue entre les différents acheteurs et de baisse de fidélité des agriculteurs, un des enjeux pour les techniciens consiste également à se positionner comme un véritable partenaire de confiance de l’agriculteur en l’aidant à définir un cadre propice à la prise de décision. 

« Beaucoup d’agriculteurs me disaient “Appelle-moi quand il faut vendre” mais c’est essentiel de les responsabiliser sur leur stratégie de commercialisation pour sortir de cette guerre des prix » explique Pierre, conseiller dans un négoce de l’Est de la France. 

Avant de continuer : « J’en avais marre que la discussion tourne uniquement autour du prix et du fameux : “Tu es à combien en blé ?”.  Aujourd’hui, Perfarmer me permet de parler de taux d’avancement, prix moyen ou prix objectif avec mes clients et c’est beaucoup plus intéressant ! ».

Si l’agriculteur a toujours la possibilité d’appeler son technicien en un clic depuis l’application avant de vendre, les échanges deviennent beaucoup plus constructifs et efficaces lorsqu’il a défini en amont sa stratégie de commercialisation. 

« Avant, les appels pouvaient durer 20 minutes sans que l’agriculteur n’arrive réellement à se décider à vendre. Aujourd’hui, lorsqu’il m’appelle, il connaît déjà mes prix et on valide simplement les détails liés à l’exécution du contrat. Puis en 2 clics, je génère le contrat. » témoigne Sylvain, acheteur de céréales en région Ouest. 

Générer simplement ses contrats

Fini les contrats papiers à faxer ou à déposer au siège, fini les interfaces Web qui s’adaptent mal aux smartphones et obligent à sortir son ordinateur chez l’agriculteur ou à saisir l’ensemble des contrats le soir une fois rentré chez soi. 

L’heure est au professionnalisme et au confort pour des techniciens aussi mobiles que les agriculteurs mais aussi à une meilleure gestion du risque pour le Service Céréales !

« Je saisis mes contrats en direct depuis mon smartphone et ça envoie automatiquement le contrat à l’agriculteur pour signature afin de limiter les litiges. Cela permet aussi au Service Céréales de suivre en temps réel les achats et les positions sur les marchés. Et l’intégration avec nos systèmes informatiques qui évite les doubles saisies leur fait gagner énormément de temps ! » précise Grégoire, TC dans une coopérative du Sud-Ouest.  

« Les techniciens sont les fers de lance de l’application » résume un négociant de la région Centre. 

Une appli réservée aux Geeks ? Certainement pas, selon Benoît, un des techniciens de l’équipe : « Je ne suis pas du tout informatique à la base mais là c’est vraiment simple et je gagne énormément de temps ». 

Aux jeunes techniciens alors ? Non plus ! À moins de 6 mois de la retraite, son collègue Michel déclare fièrement « J’ai jeté mon calepin et je génère désormais tous mes contrats sur Perfarmer ! ».